Atelier du 18/05/2010

De Atelier Culture.

Logo2 culture.png Portail

Atelier Culture

Il y a actuellement 1 articles liés à ce sujet.


ATELIER « CULTURE ET MONDE DU TRAVAIL »

18 MAI 2010 - SALON COLBERT DE L’HÔTEL DE VILLE

- SYNTHÈSE DES ÉCHANGES -

Présents

  • ABILY Gaëlle, Adjointe au Maire déléguée à la Culture
  • LUCEA Yannick, Direction Culture-Animation - Ville de Brest
  • LUGUERN Hélène, Service Culture - Ville de Brest
  • TREGUER Annie, Bibliothèque - Ville de Brest
  • ARVERS Franck, Impro Infini
  • COUM Patrice, Impro Infini
  • ETESSE Geneviève, Mission Locale
  • JAFFRES Lionel, Théâtre du Grain
  • ROCHE Laure Anne, Théâtre du Grain
  • LE GALL Jean-Michel, Maison Pour Tous de l’Harteloire
  • LEMARIE Gérard, La Boîte à Chansons
  • LEVASSEUR Claire, Plasticienne
  • L'HARDY François-Nicolas, Centre Atlantique de la Photographie
  • MORIZUR Claude, Le Fourneau
  • RAFFIN Caroline, Le Fourneau
  • PANAGET Christine, Inter CE Merlin

Excusés :

  • DOUSSARD Joël, Conservatoire de Musique - Brest métropole océane
  • MINGANT Jean-Luc, C.O.S Ville de Brest / B.M.O
  • COUM Marie-Thérèse, Bibliothèque - Ville de Brest
  • DIASCORN Kathy, Arenicole
  • DUBOIS Sylvie, Compagnie Langue de VIP
  • LE GOÏC Pierre, Brest à l’Oeuvre
  • MENAT Irène, Côte Ouest
  • PETRON Sylvie, Adao
  • MEVEL Christophe, Penn Ar Jazz
  • TILLY Janick, Penn Ar Jazz
  • ROCHER Christophe, Marmouzic
  • KERMANAC’H Émilie, C.A.E. Chrysalide
  • WINDELSCHMIDT Charlie, Compagnie Derezo
  • BERTHELEME Amélie, Epicea

Gaëlle Abily salue les participants et rappelle l’objet de la démarche en soulignant sa nouveauté.

Yannick Lucéa propose que cette première réunion soit consacrée à un état des lieux des pratiques, actions menées, projets, pistes d’amélioration et difficultés rencontrées. A partir ce constat, une problématique et des pistes de travail seront dégagées pour la prochaine réunion, qui se tiendra à la rentrée.

Claude Morizur fait état d’une expérience de collaboration avec DCNS en 2008. Sollicité par DCNS pour une intervention artistique dans le cadre d’une réunion générale du personnel, le Fourneau s’est positionné comme « passeur » et a choisi de faire appel à Sydney Bernard (Cité des Augustes). La structure à créé les conditions de la rencontre entre l’entreprise et l’artiste. Le spectacle proposé comprenait une théâtralisation de l’accueil du personnel (plus de 400 personnes). En supplément, une action de mécénat de DCNS a permis deux représentations supplémentaires, ouvertes au public. Cette action a permis aux salariés de DCNS de découvrir le Fourneau et d’engager des relations privilégiées entre le Fourneau et l’entreprise.

Annie Tréguer signale le travail engagé entre le réseau des bibliothèques de Brest et l’inter-CE Epicea. Les bibliothèques participent au prix littéraire Cezam organisé par Epicea. Par ailleurs, est en cours de validation une convention avec Epicea permettant aux salariés concernés d’adhérer aux bibliothèques via le Passeport Loisirs Culture de l’association.

Christine Panaget décrit l’activité de l’association Merlin, qui compte 32 CE. Est par ailleurs citée une action du CMB (vue dans la presse ce jour) consistant en un concours de photos organisé en direction du personnel.

Jean-Michel Le Gall, à l’origine de l’opération donne des précisions. Il s’agit d’un partenariat entre le CMB et la MPT de l’Harteloire, qui a fait cette proposition à partir de l’expérience du festival de photos « Pluie d’images ». Des appareils de photo jetables sont remis aux agents inscrits avec pour objet la réalisation de photos dans la journée (principe d’une unité de temps, de lieu, et de thème). Le thème proposé était : « Mobile / Immobile ». Les salariés qui participent à l’opération sont autorisés à quitter leur lieu de travail (200 participants, 600 tirages prévus). Un comité sélectionne au final une vingtaine de photos. La finalité de l’opération est une exposition collective, dans le hall du siège social du CMB au Relecq-Kerhuon (vernissage public).

Sylvie Dubois informe d’un projet de plateforme collaborative sur internet destinée aux plasticiens et en direction des entreprises. Le projet en cours de réflexion.

Geneviève Etesse rappelle les objectifs de la Mission Locale. Parmi ceux-ci, favoriser l’accès à la culture, notamment par le biais d’un passeport loisirs, en lien avec le Conseil Général (le dispositif a cessé fin 2009). L’idée est de créer le lien avec les équipements culturels et de développer les pratiques (« voir et faire »). La Mission locale travaille sur des parcours individuels. 5 600 jeunes sont suivis sur l’ensemble du Pays de Brest. A noter une faible demande spontanée de leur part concernant l’accès aux spectacles et pratiques culturelles (comme si ceux-ci se refusaient le droit aux loisirs et activités culturelles).

Franck Arvers et Patrice Coum dressent le cadre d’intervention d’Impro.infini. L’association intervient depuis 2006 au sein du monde du travail (formation d’entreprise et spectacle en entreprise), pour l’essentiel à la demande des directions. Dans ce cadre, une relation directe, et le plus souvent de confiance, s’instaure avec les responsables, qui savent faire preuve d’ouverture d’esprit. Une typologie des entreprises avec lesquelles Impro.infini travaille est établie: ainsi, il est noté peu d’entreprises dans le domaine de l’agro-alimentaire et aucun laboratoire pharmaceutique.

Les spectacles en entreprise peuvent prendre différentes formes :

  • mise en scène de salariés,
  • spectacle sur la base d’informations recueillies en interne,
  • formation des salariés.

Ils obéissent aux objectifs suivants :

  • créer du lien au sein de l’entreprise,
  • mettre les agents en valeur,
  • inciter les salariés à aller au spectacle.

Les acteurs d’Impro.infini s’enrichissent eux-mêmes par la connaissance de l’entreprise, des salariés, des savoir-faire professionnels… Est évoqué, à partir d’une commande de Vivre la ville, un projet d’Impro.infini et du Théâtre du Grain avec les médiateurs Pimm’s. Suite à un travail de 50h avec les salariés, un spectacle a été créé avec ceux-ci.

Ce processus a contribué :

  • à modifier le regard des agents sur leur propre travail,
  • à montrer aux autres, par le théâtre, la réalité de leur activité.

Lionel Jaffres présente un projet théâtral dans le cadre du Forum de l’insertion (en lien avec le Conseil général). Il s’agit d’un travail de restitution de paroles de bénéficiaires du RSA et de travailleurs sociaux, en collaboration avec Herwann Asseh et des musiciens en insertion.

Le Théâtre du Grain s’inscrit dans une démarche militante et s’intéresse aux interventions basées sur la parole des salariés. Par rapport aux questions posées sur l’insécurité du statut d’artiste et sa légitimité à intervenir dans le milieu du travail, les pistes de la mutualisation et de la création en collectif sont proposées.

François-Nicolas L’Hardic présente quelques axes de travail du Centre Atlantique de la Photographie :

  • intéresser les entreprises aux expositions, les y associer (ex. « Ports et Cargos »),
  • développer les opérations de mécénat…

Il est souhaité la mise en place d’une résidence de photographe en entreprise (sur le modèle, par exemple, du travail de Dominique Leroux dans l’entreprise Guyot).

Claude Morizur insiste sur la nécessité pour l’artiste du travail in situ afin de favoriser la rencontre entre les artistes et les personnes qui n’ont pas forcément accès à la culture. La rencontre ente artistes et salariés permet de faire évoluer les représentations : images, clichés… Se pose également la question du temps d’intervention artistique en entreprise : quand celui-ci doit-il avoir lieu (fin de journée ? pause méridienne ?).

Synthèse / problématique Un enjeu : être reconnu en tant qu’artiste par les CE (la plupart des actions citées le sont à l’initiative des directions). Se pose la question de la nature des relais entre artistes et entreprises : quels sont les passeurs ? Comment sensibiliser les CE à des propositions d’action et d’intervention différentes ?

A également été évoquée la question de la légitimité de l’intervention des artistes en entreprise. Le statut d’artiste a été rappelé : intermittence ne signifie pas dilettantisme ; l’artiste est également un travailleur. Un enjeu consiste à le faire reconnaître comme tel. Enfin, il convient d’insister sur le projet artistique en entreprise, sur son sens et les valeurs qu’il porte. Le projet ne doit pas être dénaturé (fixer ce qui n’est pas négociable).


ANNEXE 1

« Culture et monde du travail » : état de la réflexion et des actions au sein de la collectivité

La collectivité a adopté en décembre dernier son Agenda 21, qui se décline selon 4 axes :

Axe 1 : Produire et consommer responsable

Axe 2 : Concilier les temps de la ville avec ceux de la vie

Axe 3 : Conforter la qualité de vie sur le territoire

Axe 4 : Échanger avec le monde, du local à l’international.

Ce document se compose de 33 fiches action. L’une d’entre elle (n°17), jointe au présent document, est spécifiquement consacrée au thème de la culture et du monde du travail. Une réflexion a débuté en interne sur ce thème, visant à l’élaboration d’un plan d’action en direction des salariés de la Ville et de BMO (plus de 3000 agents).

Parmi les actions qui ont eu lieu :

  • Un concours de photo ouverts aux agents de la collectivité lors de Brest 2008.
  • Une exposition collective de peintures (Mairie de l’Europe, septembre 2009).
  • Un spectacle d’Impro.infini à destination des agents de la collectivité (auditorium du conservatoire, mars 2010).

Parmi les actions en cours :

  • La billetterie à tarif préférentiel du Comité des OEuvres Sociales,

Parmi celles à venir :

  • L’adhésion de la bibliothèque au Passeport Loisirs Culture d’Epicea.
  • Le soutien à l’association Si Bird et à l’ARFI (Association a la Recherche d'un Folklore Imaginaire /Lyon), en lien avec DCNS, pour la réalisation d’un concert en image destiné à valoriser la culture du travail et les métiers de la construction navale (septembre 2010 ; terrain de la Madeleine).

Parmi celles en réflexion :

  • Organiser une présence artistique lors des rendez-vous collectifs des agents de la Ville et de BMO (ex. : vœux du nouvel an).
  • Délocaliser certains séminaires internes (ex. : séminaire des cadres) dans des lieux culturels (ex. :musée).
  • Organiser des visites gratuites et commentées du Musée (collections permanentes et expositions temporaires).
  • Permettre d’assister à une répétition commentée de l’ensemble Entre Sable et Ciel du Conservatoire (sur l’exemple des leçons de musique de Jean-François Ziegel).
  • Valoriser les productions artistiques des agents de la collectivité par la mise en oeuvre d’une exposition (cf. Europe sept 2009).
  • Valoriser la dimension culturelle des pratiques professionnelles (Architecte, jardiniers, SIG…).
  • Développer la communication autour des spectacles gratuits (intranet, Tandem…).
  • Valoriser l’utilisation de l’artothèque (possibilité d’accompagnement de la responsable